• Sylvie Mesrine

Le décret relatif au dépistage organisé du col de l'utérus est paru le 15 août

Un décret à lire in extenso: il formalise dans le moindre détail la pratique des tests cervicaux




A noter:

  • La HAS recommande de proposer l’auto-prélèvement vaginal (APV) à partir de 30 ans, aux femmes non dépistées ou insuffisamment dépistées. L’APV peut être considéré comme une modalité de prélèvement alternative au prélèvement cervical par un professionnel de santé, permettant de faciliter le dépistage des femmes qui ne se font jamais dépister ou qui ne se font pas dépister selon le rythme recommandé.

  • La colposcopie est réalisée par un professionnel qui répond aux critères de la charte de qualité en colposcopie. Les résultats de l’examen sont transmis au professionnel de santé assurant le suivi gynécologique de la patiente ou à défaut son médecin traitant, à la femme ainsi qu’au CRCDC. Le CRCDC s’assure de l’existence d’un suivi conformément aux recommandations de l’INCa et de la HAS, dans un délai de six mois pour les lésions de haut grade, de huit mois pour les lésions de bas grade. Il veille en particulier à obtenir l’information de toute réalisation d’une colposcopie.

  • Le professionnel effectuant le prélèvement s’engage à fournir au CRCDC – les renseignements administratifs et cliniques complets ; – l’information relative à la non opposition de la femme à la transmission et au traitement des données du prélèvement et des données de suivi.

  • Les informations suivantes sont fournies par le CRCDC aux prescripteurs et aux professionnels de santé effectuant le prélèvement : – information sur les résultats : le CRCDC adresse annuellement au réleveur/prescripteur les résultats d’activité les concernant (nombre de prélèvements cervico-utérin réalisés, pourcentage de non satisfaisants, pourcentage de cytologies anormales, pourcentage et types de tests positifs, etc.)

  • Le CRCDC établit une collaboration avec les registres des tumeurs établis dans sa région. Le CRCDC adresse annuellement aux registres des cancers un fichier issu de leur base de données constituée à partir des données des structures d’ACP et LBM. Ce fichier concerne les femmes dont le diagnostic final est celui de cancer ou de lésions précancéreuses, domiciliées dans les départements couverts par ces registres.