top of page

Stérilets et risques de troubles dépressifs

Alerte ANSM : Les stérilets contenant le plus d’hormone présenteraient davantage de risque de troubles dépressifs


Comme pour toutes les contraceptions hormonales, l’utilisation d’un dispositif intra-utérin (DIU, aussi appelé stérilet) au lévonorgestrel peut être associée à un risque faible de dépression ou de troubles de l’humeur (humeur dépressive).


Afin d’évaluer si ces risques dépendent du dosage en lévonorgestrel, le GIS Epi-Phare a étudié la consommation de psychotropes (antidépresseurs, anxiolytiques et hypnotiques) dans les deux ans suivant la pose du DIU, dosé soit à 52 mg, soit à 19,5 mg de lévonorgestrel.


Les résultats de cette étude épidémiologique, menée sur les données de remboursement de l’Assurance Maladie (SNDS) et publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA), montrent que les femmes porteuses d'un DIU avec un dosage plus élevé en lévonorgestrel (52 mg) ont un risque très légèrement augmenté d’utilisation d’antidépresseurs dans les deux années suivant la pose du DIU par rapport à un DIU moins dosé en progestatif. En revanche, l’étude n’a pas montré d’augmentation du recours aux anxiolytiques ou hypnotiques.
Cette étude est la première à montrer un risque de troubles dépressifs dépendant de la dose de lévonorgestrel contenue dans le DIU. Ce risque est faible et reste à préciser.

Source : ANSM En savoir plus : ANSM Santé
21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page