Dernières publications de l'HAS en lien avec la gynécologie-obstétrique

Focus

Collège Gynécologie Centre Val-de-Loire: HAS, gynécologie, cancer, sein, utérus, ovaire, contraception, ménopause, traitement hormonal, MST,

Cancer du sein

Dépistage et diagnostic

Au regard du contexte de prise en charge français, la  HAS a identifié une population d’intérêt de taille restreinte et bien définie chez qui un intérêt potentiel à utiliser les signatures génomiques (Oncotype Dx, Mammaprint, Endopredict, Prosigna) en complément des critères cliniques et anatomopathologiques traditionnels existerait.Il s’agit  des cas d’incertitude décisionnelle de CTA, sans discordance clinico-pathologique majeure, et présentant les caractéristiques suivantes :

  • adénocarcinome infiltrant entre un et cinq centimètres de diamètre, prioritairement canalaire, de statut phénotypique hormonodépendant et HER2- ;

  • envahissement ganglionnaire microscopique ou absent ;

  • tumeur de prolifération intermédiaire (grade 2 histopronostique) ;

  • vérification effective de l’absence d’indication préalable de CTA basée sur d’autres critères complémentaires tels que l’âge de la patiente ou la présence d’emboles lymphovasculaires.

la Haute Autorité de santé considère prématuré, de préconiser l’utilisation en routine de signatures génomiques dans le cancer du sein de stade précoce et est défavorable à leur remboursement par l’Assurance Maladie recommande la poursuite de la prise en charge dérogatoire au titre du RIHN pour les signatures génomiques évaluées et éligibles à cette modalité de financement. cette prise en charge dérogatoire soit réellement conditionnée au recueil exhaustif de données manquantes dans le cadre d’une étude clinique prospective, comparative, portant sur l’ensemble des signatures génomiques concernées. Cette étude clinique devra permettre d’évaluer l’utilité clinique des signatures génomiques dans la population restreinte d’intérêt telle qu’elle a été identifiée, conformément aux exigences méthodologiques décrites dans le rapport d’évaluation

La HAS rappelle les recommandations en ce qui concerne le programme national de dépistage organisé du cancer du sein, les critères d’inclusion et d’exclusions des femmes dans ce dépistage et les modalités de dépistage chez les femmes à haut risque.

Des données complémentaires sont apportées sur l’histoire de la maladie, l’épidémiologie, les facteurs de risque, les examens et les traitements, la stratégie diagnostique en fonction des niveaux de risque, la place du médecin de CES dans le dispositif de dépistage et de prévention ce cancer.

La HAS a été chargée par la CNAMTS d’actualiser le Référentiel de pratiques de l’examen périodique de santé des Centres d’Examen de Santé de l’Assurance Maladie sur le dépistage et la prévention du cancer du sein à partir des données de la littérature issues principalement des recommandations françaises. Ce référentiel est proposé dans un format cliquable, outil de navigation interactive, qui peut être lu selon les besoins de manière synthétique (Minisynthèses, Algorithmes) ou plus détaillée en cliquant dans le document.

A la demande de l’INCa, la HAS a élaboré des recommandations sur le dépistage du cancer du sein chez les femmes à haut risque à partir d’une revue des facteurs de risque de cancer du sein identifiés dans la littérature.

 

Evaluer le succès technique, la sécurité, l’efficacité diagnostique ainsi que la place diagnostique de la MMA guidée par IRM. Il s’agit d’évaluer les conditions de réalisation également.

 

L’évaluation concerne un acte diagnostique dans le contexte des lésions infracliniques mammaires exclusivement visibles en IRM, sans traduction mammographique et échographique.

L’objectif de ce travail est de déterminer la place de l’IRM Mammaire dans le bilan d’extension locorégionale du cancer du sein pour accroitre la pertinence du recours à cette technique dans cette indication.

Évaluation des technologies de santé  - Mis en ligne le 14/9/2005

L'objectif de ce rapport est d'évaluer la macrobiopsie du sein sur système accessoire. Réalisée dans le diagnostic du cancer du sein, cette technique est proposée comme alternative à la macrobiopsie du sein sur table dédiée.

Prise en charge

L’objectif de ce guide est d’expliciter pour les médecins traitants la prise en charge optimale et le parcours de soins d’une patiente admise en ALD pour un carcinome mammaire.

Ce guide médecin est accompagné d’un guide à l’attention des patients, destiné à être remis par le médecin traitant et pouvant constituer un support de dialogue.

Des nouvelles conditions de prise en charge des prothèses capillaires ont été définies par la HAS dans le cadre de la révision des catégories homogènes de produits. Ce travail fait également suite au 3ème plan Cancer couvrant la période 2014-2019, qui vise notamment à réduire les conséquences économiques du cancer en revalorisant le tarif de remboursement des prothèses capillaires. A l’issue de l’évaluation, la CNEDiMTS a émis des recommandations qui ont été transmises au CEPS en vue de l’élaboration de la nomenclature et de la tarification définitives.

Définir les indications, les non indications et les contre-indications de la prise en charge masso-kinésithérapique au cours d’une même séance d’un lymphœdème et d’une raideur de l’épaule, chez des femmes ayant été traitées pour un cancer du sein, décrire le contenu d’une séance (techniques employées, durée de chaque acte) et estimer le nombre et la fréquence des séances nécessaires

Implants mammaires

L’objectif de ce travail est de réévaluer les différentes catégories de « prothèse externe de sein, implant mammaire, prothèse d’expansion tissulaire » ainsi que les prestations associées, afin notamment de :

s’assurer du bien fondé de leur remboursement,

définir les indications et les situations cliniques d’utilisation des différents types de prothèses externes de sein, implants mammaires, prothèses d’expansion tissulaire ;

réévaluer l’intérêt des prothèses externes de sein, implants mammaires et prothèses d’expansion tissulaire en prenant en compte le rapport effet thérapeutique/effets indésirables et la place dans la stratégie thérapeutique ;

déterminer les conditions d’utilisation et de prescription ;

définir les modalités d’inscription des produits sur la LPPR et décrire, le cas échéant, les caractéristiques techniques auxquelles doivent répondre les prothèses externes de sein, implants mammaires et prothèses d’expansion tissulaire inscrites sur la LPPR.

Dans le contexte d’une augmentation des signalements de cas de lymphomes anaplasiques à grandes cellules chez des femmes porteuses d’implants mammaires (LAGC-AIM) (18 cas en France le 11 mars 2015), la Direction générale de la santé (DGS) a demandé à la HAS de réaliser une évaluation sur les événements de santé indésirables observés après pose d’implants mammaires à visée esthétique.

Dans le contexte d’une augmentation des signalements de cas de lymphomes anaplasiques à grandes cellules chez des femmes porteuses d’implants mammaires (LAGC-AIM) (18 cas en France le 11 mars 2015), la Direction générale de la santé (DGS) a demandé à la HAS un avis sur les indications, contre-indications, effets indésirables et les éventuelles restrictions à la pose d’implants mammaires (IM). Un premier temps de réponse à cette demande a consisté en une synthèse des données des rapports d’évaluation de technologie de santé portant sur les alternatives aux implants mammaires déjà produits par la HAS

Cancers gynécologiques

Endomètre et ovaire

L’objectif de ce guide, adressé aux médecins traitants, est d'expliciter la prise en charge optimale et le parcours de soins des patientes adultes admises en ALD pour un cancer de l’endomètre.

Ce guide médecin est accompagné d’un guide à l’attention des patientes, destiné à être remis par le médecin traitant et pouvant constituer un support de dialogue.

L’objectif de ce guide est d’expliciter la prise en charge optimale et le parcours de soins des patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire.

Ce guide médecin est accompagné d’un guide à l’attention des patients, destiné à être remis par le médecin traitant et pouvant constituer un support de dialogue.

Col de l'utérus

À partir de 30 ans, la HAS recommande que le test HPV remplace l’examen cytologique en dépistage primaire du CCU. cf le résumé du blog

 

Ces recommandations actualisées précisent les indications d’utilisation des différentes options diagnostiques et thérapeutiques, dans le but d’éviter les conisations en excès et de minimiser le surtraitement.

L’objectif de ce guide est d’expliciter la prise en charge optimale et le parcours de soins des patientes adultes admises en ALD pour un cancer invasif du col utérin.

Ce guide médecin est accompagné d’un guide à l’attention des patients, destiné à être remis par le médecin traitant et pouvant constituer un support de dialogue.

Recommandation en santé publique  - Mis en ligne le 31/7/2013

La HAS a été chargée par la CNAMTS d’actualiser le Référentiel de pratiques de l’examen périodique de santé des Centres d’Examen de Santé de l’Assurance Maladie sur le dépistage et la prévention du cancer du col de l’utérus à partir des données de la littérature issues principalement des recommandations françaises. Ce référentiel est proposé dans un format cliquable, outil de navigation interactive, qui peut être lu selon les besoins de manière synthétique (Minisynthèses, Algorithmes) ou plus détaillée en cliquant dans le document.

 

 

 

Contraception, IVG, stérilisation

Fiches mémo

Recommandation en santé publique

Ces recommandations répondent à la question de la pertinence du dépistage systématique de la thrombophilie avant primo-prescription d’une contraception hormonale combinée (CHC) dans l’objectif de réduire le risque d’accidents thromboemboliques. Elles sont destinées au décideur public mais concernent également tous les professionnels de santé ainsi que les associations d’usagers impliqués dans les questions de contraception, de médecine vasculaire et de prévention. Ces recommandations sont fondées sur une revue critique de la littérature. Elles ont été soumises à un groupe de lecture pluriprofessionnel et pluridisciplinaire.

La contraception d’urgence désigne une contraception de « rattrapage », utilisable par les femmes en situation d’urgence dans les 3 à 5 jours (selon le type de contraception d’urgence) qui suivent un rapport sexuel non ou mal protégé pour éviter une grossesse non prévue. Elle n’est pas efficace à 100 % et son efficacité est d’autant plus grande que sa prise a été faite plus précocement après le rapport non protégé. Elle n’est pas destinée à être utilisée de façon régulière. Elle est disponible en pharmacie sans prescription médicale. Les conclusions et constats dressés à l’issue de cette évaluation ont conduit la HAS à émettre des recommandations en santé publique dont les objectifs sont de : * Replacer la contraception d’urgence dans le cadre général de la santé sexuelle et reproductive * Améliorer l’information sur la contraception d’urgence * Envisager une prescription à l’avance de la pilule de contraception d’urgence au cas par cas

Évaluation des technologies de santé

Ce document est une synthèse des travaux de l’Anaes concernant l’efficacité et la sécurité des méthodes de stérilisation féminine (occlusion tubaire par ligature-section, électrocoagulation, pose de clips ou d’anneaux, insertion d’un micro-implant par hystéroscopie) et masculine (méthodes d’occlusion des conduits déférents). Il a été rédigé à la suite de la promulgation de la loi du 4 juillet 2001 autorisant la stérilisation à visée contraceptive.

Ménopause

Traitement hormonal de ménopause

La HAS maintient le service médical rendu (SMR) important des traitements hormonaux des symptômes de la ménopause (THM) lorsqu’ils sont gênants au point d’altérer la qualité de vie des femmes. La HAS rappelle que les risques connus de ces traitements se confirment et recommande un traitement aux doses les plus ajustées et le plus court possible, réévalué au moins chaque année.

L'objectif de l'audition publique est l'élaboration de recommandations sur :

  1. Les traitements hormonaux substitutifs (THS) de la ménopause

  2. Les modalités de surveillance et d’information des femmes qui envisagent de prendre, prennent ou ont pris un THS.

Le rapport d'orientation aborde les questions suivantes :

  1. Les effets des THS sur les troubles du climatère et la qualité de vie

  2. Les effets des THS sur la survenue de cancers

  3. Les effets cardio-vasculaires des THS

  4. Les effets des THS sur la prévention de l'ostéoporose et des fractures

  5. La balance bénéfices/risques des THS

La rapport propose également des messages clés à destination des femmes.

Ostéoporose

L'ostéoporose est une maladie osseuse caractérisée par une réduction de la résistance osseuse conduisant à une augmentation du risque de fracture. L'objectif de son traitement est de prévenir la survenue de fractures.

L'ostéodensitométrie, une technique pour établir le diagnostic de l'ostéoporose L'ostéodensitométrie sur 2 sites, par méthode biphotonique est une technique permettant de mesurer la densité minérale osseuse (DMO). Elle constitue actuellement l'approche la plus précise pour établir le diagnostic de l'ostéoporose. La réalisation de l'ostéodensitométrie n'a d'intérêt que lorsqu'il existe des signes ou des facteurs de risque d'ostéoporose et qu'un traitement peut être envisagé. Si l'ostéodensitométrie est importante pour le diagnostic initial de l'ostéoporose, sa place dans le suivi des patients est limitée. L'avis de la HAS précise les situations dans lesquelles il est justifié de réaliser cet examen.

Recommandation de bonne pratique  - Mis en ligne le 1/4/2001

Cette recommandation professionnelle n'est plus disponible (sauf sur demande) car elle a été actualisée et remplacée par la note de synthèse "Prévention, diagnostic et traitement de l'ostéoporose" et par le rapport "Ostéodensitométrie sur deux sites par méthode biphotonique" finalisés et rendus publics en juillet 2006 par la HAS.

Vitamine D

L’objectif de cette évaluation est de préciser les situations cliniques pour lesquelles la mesure de la concentration sérique en 25(OH)D est utile

Infections, IST

Fiches mémo

Recommandations de bonne pratique: hygiène

Guides ALD

L'objectif de ce guide médecin est d’expliciter, pour les professionnels de santé, la prise en charge optimale et le parcours de soins d'un malade admis en ALD pour « Infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) » au titre de l‘ALD 7 : « Déficit immunitaire primitif grave nécessitant un traitement prolongé, Infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) ».

Recommandations en santé publique

Chlamydia

La HAS recommande qu’au moins un dépistage de l’infection à Chlamydia trachomatis soit systématiquement réalisé chez les femmes sexuellement actives[1] de 15 à 25 ans inclus, y compris les femmes enceintes. En cas de test négatif et de rapports sexuels non protégés avec un nouveau partenaire, le dépistage est répété chaque année. Si le test est positif, un traitement est défini et le dépistage est répété à 3-6 mois.

De plus, un dépistage opportuniste ciblé doit être proposé aux hommes sexuellement actifs, présentant des facteurs de risque, quel que soit l’âge, aux femmes sexuellement actives de plus de 25 ans, présentant des facteurs de risque, aux femmes enceintes consultant pour une IVG, sans limite d’âge.

Gonocoque

Trois objectifs généraux ont guidé l’élaboration de ce rapport :

établir un état des lieux des données disponibles ou non sur l’infection à Neisseria gonorrhoeae : histoire naturelle de la maladie, épidémiologie, identification et traitement.

identifier l’ensemble des problèmes posés par la prise en charge diagnostique et thérapeutique et s’interroger sur les évolutions souhaitables.

conduire une réflexion sur la pertinence du dépistage.

Hépatite B

L’objectif de ce travail est d’évaluer la pertinence de l’actualisation de la liste des actes de biologie médicale, pris en charge par l’assurance maladie en France, et de recenser les indications des actes indiqués dans le diagnostic et le suivi des hépatites virales B, C et D; la HAS rappelle que le dépistage de l'hépatite B passe par la recherche des trois marqueurs Ag HBs, Ac anti-HBc et Ac anti-HBs; la HAS est favorable au maintien de la recherche des Ac anti-VHD qui trouve sa place dans le dépistage de ce virus chez les patients porteurs de l’Ag HBs; la HAS est favorable au maintien de la recherche des Ac anti-VHC qui trouve sa place dans le dépistage de ce virus

La Haute Autorité de Santé, à la demande de la Direction Générale de la Santé (DGS), émet des recommandations sur la place des tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) dans la stratégie de dépistage de l’hépatite B. Elle définit les conditions essentielles à la mise en œuvre d’un dépistage combiné par TROD VIH, VHC et VHB et formule des préconisations pour augmenter l’efficience du dispositif de dépistage par TROD, notamment en milieu médico-social et associatif.

Recommander la meilleure stratégie de tests biologiques pour le dépistage de l’hépatite B et de l’hépatite C permettant de déterminer le statut immunitaire de la personne à risque par rapport à l’infection par les virus VHB ou VHC et de proposer la bonne prise en charge médicale suite à l’annonce du résultat du dépistage.

Hépatite C

HIV

La HAS a élaboré une liste de questions et réponses pratiques pour accompagner les utilisateurs potentiels d’autotests de dépistage du VIH dans leur démarche de dépistage.

 

 

Surveillance pendant la grossesse

Cette évaluation répond à une demande de la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) qui souhaite actualiser la Nomenclature des actes de biologie médicale (NABM) pour ce qui est des actes relatifs au diagnostic biologique de la toxoplasmose. La présente évaluation porte sur les tests diagnostiques de la toxoplasmose dans les contextes suivants : toxoplasmose acquise du sujet immunocompétent (dont la femme enceinte), toxoplasmose congénitale (diagnostic pré- et postnatal) et toxoplasmose oculaire.

Deux objectifs généraux ont été poursuivis dans le cadre des recommandations en santé publique :

Évaluer la pertinence d’une évolution de la stratégie et des modalités de réalisation du dépistage prénatal de la toxoplasmose.

Évaluer la pertinence d’une évolution de la stratégie et des modalités de réalisation du dépistage prénatal de la rubéole.

L’objectif du rapport d’orientation était d’évaluer l’intérêt d’une modification du moment de réalisation du dépistage prénatal de l’antigène HBs.

Ces recommandations en santé publique et ce rapport d’orientation ont été élaborés à la demande de la DGS afin d’éclairer l’intérêt et la nécessité d’une mise à jour de la réglementation actuelle (articles R.2122-1 et R.21-22-2 du CSP) qui fixe le nombre et la nature des examens dont le caractère obligatoire est édicté par la loi (art. L. 2122-1 du CSP).

Syphilis

Évaluer, au vu des dernières données épidémiologiques montrant une recrudescence de la maladie, l’opportunité du dépistage de la syphilis en France et préciser ses modalités : quelle population dépister et à quelle fréquence ? Comment utiliser les multiples tests disponibles ? Comment optimiser la surveillance épidémiologique, la sensibilisation des personnes concernées par le dépistage, l’utilisation des différentes structures de dépistage et la notification des partenaires des patients dépistés et diagnostiqués positifs ?

Evaluation des technologies de santé

Ce document comporte des avis de la Haute Autorité de Santé sur le service attendu des actes du diagnostic biologique de l’infection à Chlamydia trachomatis. Il répond à la demande de l’Union Nationale des Caisses d’Assurance Maladie pour l’actualisation de la Nomenclature d’Actes de Biologie Médicale.

Grossesse

Médicaments et toxiques

Organisation des soins

Anomalies du 1er trimestre

Surveillance de la grossesse hors échographie

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique conduisant à une hyperglycémie de sévérité variable pendant la grossesse.Ce rapport analyse en 2005, les données de la littérature sur les méthodes de dépistage et de diagnostic du diabète gestationnel et évalue le bénéfice de ces méthodes sur la réduction des risques materno-foetaux au cours de la grossesse et au moment de l’accouchement, et sur la réduction des risques à long terme pour la mère et l’enfant.

Une infection à CMV chez la femme enceinte peut entraîner une infection fœtale, qui peut être symptomatique ou non chez le nouveau-né et entraîner ou non des séquelles. Ce rapport, en partant des critères OMS pour évaluer l’intérêt d’un dépistage, fait le point sur l’histoire de la maladie et son épidémiologie, sur les tests de détection, les interventions possibles, les modalités de mise en œuvre d’un éventuel dépistage et les données économiques. Il conclut que le dépistage systématique de l’infection à CMV pendant la grossesse n’est pas justifié, mais qu’une information concernant les mesures d’hygiène universelle doit être donnée aux femmes enceintes.

Echographie foetale

Le Collège français d’échographie fœtale (CFEF) propose une solution pour la sécurité du patient (SPP), sécurité des soins, pour les examens échographiques sur le thème : « La réalisation d’une échographie fœtale chez la femme en surpoids ou obèse : il s’agit de de mesures à appliquer lors de l’examen échographique ». Dans le cadre du suivi de cette SSP, toute difficulté rencontrée lors de sa mise en œuvre devra être directement communiquée au CFEF,  afin que celui-ci évalue la nécessité de la réviser ou de l’actualiser pour améliorer la sécurité des patients.

Ce rapport vise à apporter une définition de l’échographie fœtale en tant qu’acte médical et à étudier la compatibilité de cette dernière avec les pratiques commerciales d’échographies sans visée médicale. L’AFSSAPS/ANSM a pour sa part été saisie pour une expertise portant sur les risques sanitaires potentiels liés aux échographies fœtales sans visée médicale. L’avis de la HAS se situe donc dans une perspective complémentaire à une évaluation de la balance bénéfice/risque sur le plan médical

L’accouchement prématuré est une cause importante de morbidité et de mortalité périnatale. La détermination du risque de survenue de l’accouchement prématuré constitue un enjeu important en obstétrique. Plusieurs méthodes ont été proposées pour essayer de prévoir la survenue de l’accouchement prématuré. Parmi celles-ci figure la mesure de la longueur du canal cervical du col de l’utérus par échographie endovaginale. Cet acte semble être largement réalisé d’après les bases de données de l’assurance maladie, à l’origine de la demande d’évaluation. Ce rapport poursuit l’objectif de déterminer la capacité de l’acte à prévoir la survenue d’un accouchement prématuré spontané et de déterminer l’intérêt de le réaliser dans quatre populations différentes.

Accouchement

Malformations congénitales et dépistage prénatal ou en peripartum

Syndrome de Turner

Guide maladie chronique  - Mis en ligne le 27/2/2008

L’objectif de ce protocole national de diagnostic et de soins (PNDS) est d’expliciter pour les professionnels de la santé susceptibles de prendre en charge ces patientes, la prise en charge optimale et le parcours de soins d’une patiente atteinte de syndrome de Turner (ST), de l’âge pédiatrique à l’âge adulte.

Ce PNDS et la liste des actes et prestations (LAP) qui lui est adjointe peuvent servir de référence au médecin traitant en concertation avec le médecin spécialiste notamment au moment d’établir le protocole de soins conjointement avec le médecin conseil et le patient, dans le cas d'une demande d'exonération du ticket modérateur au titre d'une affection hors liste.

Trisomie 21

La HAS recommande de proposer le test ADN libre circulant de la T21 après un dépistage combiné du 1er trimestre (ou à défaut après un dépistage par marqueurs sériques seuls au 2ème trimestre), aux femmes dont le niveau de risque estimé est compris entre 1 sur 1000

 et 1 sur 51. La place du caryotype fœtal reste inchangée : seul cet examen permet de poser un diagnostic.Pour les femmes dont le risque est supérieur ou égal à 1 sur 50, la HAS maintient sa recommandation de leur proposer d’emblée la réalisation d’un caryotype fœtal, mais en intégrant la possibilité pour celles qui le souhaiteraient de réaliser dans un premier temps un test ADN.

  • Le dépistage de la trisomie 21: fiche d'information aux femmes - Mis en ligne en décembre 2018

La brochure très bien faite explique ce qu'est le dépistage de la trisomie 21, les différents éléments à prendre en compte (la mesure de la clarté nucale du fœtus, le dosage de marqueurs sériques et l'âge de la mère), les différentes étapes du dépistage, comment lire les résultats des examens et propose des ressources utiles pour en savoir plus.

De nouveaux tests de dépistage de la trisomie 21, fondés sur la recherche d’une surreprésentation de séquences d’ADN fœtal du chromosome 21 au sein de l’ADN libre circulant dans le sang maternel, pourraient modifier la stratégie actuelle. Dans l’objectif de définir la place de ces tests dans la stratégie et dans l’attente des résultats de l’étude en cours -Safe21- la HAS publie une évaluation technique de leurs performances (volet 1)

 

 

Grossesse: divers

Recommandation en santé publique  - Mis en ligne le 11/3/2014

Évaluer la pertinence (en termes d’efficacité et d’efficience) d’un élargissement de la population du dépistage néonatal de la drépanocytose en France métropolitaine et réaliser un état des connaissances et des débats sur les questionnements éthiques liés à l’information sur l’hétérozygotie suite à ce dépistage néonatal.

Recommandation en santé publique  - Mis en ligne le 6/4/2009

Le dépistage néonatal systématique de la mucovsicidose a été généralisé en France en 2002. Cinq ans après sa mise en oeuvre effective, la direction générale de la santé (DGS) a souhaité que la HAS évalue la qualité de ce dépistage en identifiant ses points forts et ses voies d’amélioration le cas échéant. Ce travail constitue un état des lieux du dépistage en cours (fonctionnement quotidien, difficultés potentielles rencontrées par les acteurs, résultats quantitatifs) et non pas une évaluation formelle, comparative du programme notamment du fait de l’absence de données suffisantes sur la période précédant le dépistage. Il constitue donc un préalable à la réalisation d’évaluations plus complètes de certains aspects du dépistage (opportunité du changement de test, fonctionnement des structures de prise en charge du dépistage…).

Une réflexion a été entamée ces dernières années sur la pertinence d’organiser en France un dépistage néonatal systématique de la surdité en maternité, dans le but de permettre le diagnostic et une prise en charge précoce de cette affection. A la suite de l’évaluation des oto-émissions acoustiques par l’ANAES en 1999, des expériences locales ou dans le cadres du programme hospitalier de recherche clinique ont été menées. Une expérimentation sur le dépistage néonatal de la surdité congénitale a été mise en œuvre en 2005 par la CNAMTS, pour une période de 2 ans, à Bordeaux, Lille, Paris, Lyon, Marseille, et Toulouse, avec pour objectif d’étudier la faisabilité et l’impact du dépistage en maternité, et de contribuer à déterminer la meilleure stratégie de dépistage de la surdité congénitale. Dans son rapport établi à le demande de la Direction Générale de la Santé, la Haute Autorité de Santé a fait le point sur les données de la science concernant le dépistage systématique de la surdité permanente néonatale en 2006.

A la demande du Collège des enseignants et praticiens de Génétique médicale, la HAS a évalué la détermination du sexe fœtal à partir du sang maternel dans le strict cadre du diagnostic prénatal. Le rapport présente les résultats de cette évaluation.

Endocrinologie

Guide maladie chronique  - Mis en ligne le 27/5/2011

L’objectif de ce protocole national de diagnostic et de soins (PNDS) est d’expliciter pour les professionnels de santé susceptibles de les prendre en charge la prise en charge optimale et le parcours de soins des patients atteints d'hyperplasie congénitale des surrénales par déficit en 21-hydroxylase.

Guide maladie chronique  - Mis en ligne le 12/1/2011

L'objectif de cette étude est de de préparer un argumentaire à utiliser dans le cadre d’un accord de bon usage de soins (Acbus), et concernant l’intérêt du recours aux dosages des gonadotrophines FSH et LH, chez les femmes âgées de plus de 45 ans, comme aide au diagnostic et à la prise en charge de la ménopause, ou de la périménopause. Trois thèmes d’étude ont été identifiés : l’étude des modifications hormonales survenant au cours de la périménopause et de la ménopause ; l’étude de la performance diagnostique des différents marqueurs biologiques et cliniques utilisés pour faire le diagnostic de ménopause ou de périménopause ; l’étude des recommandations internationales existantes sur ce sujet.

Divers

Addictions

La HAS a été chargée par la CNAMTS d’actualiser le Référentiel de pratiques de l’examen périodique de santé des Centres d’Examen de Santé de l’Assurance Maladie sur le dépistage du tabagisme et la prévention des maladies liées au tabac à partir des données de la littérature issues principalement des recommandations françaises.

Maltraitances, risques sociaux, transsexualisme

Recommandation en santé publique  - Mis en ligne le 11/4/2016

Un état des lieux des connaissances sur la situation sanitaire des personnes en situation de prostitution et sur les facteurs de vulnérabilité sanitaire de ces personnes. Ce travail s’inscrit dans le cadre d’éventuelles modifications réglementaires futures, susceptibles d’avoir un impact sur la santé des personnes en situation de prostitution, et ont pour vocation de servir de socle de connaissances à une politique de réduction des risques.

Évaluation des technologies de santé  - Mis en ligne le 18/2/2010

Le Ministère de la santé, représenté par la Direction générale de la santé, des associations de transsexuels et les caisses d’Assurance maladie ont demandé à la HAS de préciser les étapes et les modalités du parcours de soin des transsexuels.
Ce rapport traite des principales étapes de la prise en charge du transsexualisme de l’adulte par le système de santé. Du point de vue médical, trois points seront particulièrement étudiés : le diagnostic, l’hormonosubstitution et la chirurgie de réassignation.
Le sujet du transsexualisme débordant le seul cadre médical, seront aussi soulevées les questions socioculturelles et les questions juridiques.
Le rapport propose également l’organisation d’une structure d’offre de soins. L’ensemble de ces propositions sont faites pour éclairer les décideurs et les professionnels de santé en vue d’améliorer de la prise en charge des transsexuels

Examens diagnostiques hors biologie

Préciser les indications, les «non-indications» et la place dans la stratégie diagnostique de la radiographie de l’abdomen sans préparation

Autres

Recommandation en santé publique  - Mis en ligne le 18/7/2013

La HAS a réalisé un état des lieux de la littérature internationale relative à l’évaluation médico-économique de la télémédecine. Elle constate la quasi-absence d’études françaises et l’importante hétérogénéité des études tant au niveau de leur qualité méthodologique que concernant les projets de télémédecine évalués.

Elle propose un cadre méthodologique pour l’évaluation de l’efficience des projets de télémédecine dans le contexte actuel de déploiement de cette nouvelle forme d’organisation des soins en France.

La HAS et l’INCa se sont associés dans un travail d’actualisation de la littérature faisant suite au rapport HAS 2006 sur la Détection précoce du mélanome cutané et des enquêtes de pratique auprès des professionnels de santé afin de redéfinir les facteurs de risque de mélanome cutané et le parcours de soins optimal pour la détection précoce de ce cancer cutané.

Évaluation des technologies de santé  - Mis en ligne le 28/5/2013

L'objectif de ce travail est de proposer des processus organisationnels opérationnels et des outils associés permettant aux acteurs de terrain de développer la chirurgie ambulatoire.

L'objectif de ce protocole national de diagnostic et de soins (PNDS) est d'expliciter pour les professionnels de santé la prise en charge optimale et le parcours de soins des patientes atteintes d'aplasies utéro-vaginales.

 

 

Incontinence, prolapsus

Les électrostimulateurs neuromusculaires urogénitaux sont pris en charge pour l’auto-traitement à domicile de l’incontinence sphinctérienne, dans le cadre de la rééducation périnéale par électrostimulation.

La HAS a procédé à l'évaluation du service rendu des implants de renfort utilisés dans le traitement de l'incontinence urinaire d'effort féminine. Cette révision propose une mise à jour des indications, des caractéristiques techniques et des conditions de prise en charge de ces implants

La HAS a procédé à l'évaluation du service rendu des implants de renfort utilisés dans le traitement du prolapsus des organes pelviens de la femme. Cette révision propose une mise à jour des indications, des caractéristiques techniques et des conditions de prise en charge de ces implants.

Ce travail a pour objet de réévaluer les appareils TENS, afin de s’assurer du bien fondé de leur remboursement. Cette réévaluation vise notamment à :

évaluer le service rendu des TENS en prenant en compte le rapport effet thérapeutique/effets indésirables, la place dans la stratégie thérapeutique et l’intérêt de santé publique des produits ;

définir les indications et les situations cliniques d’utilisation des différents types de TENS ;

définir les modalités d’inscription des produits sur la LPPR ;

déterminer les conditions d’utilisation et de prescription.

La HAS a procédé à l’évaluation du service rendu des différents implants de renfort utilisés dans le traitement de l’incontinence urinaire d’effort féminine et dans le prolapsus des organes pelviens. Cette révision propose une mise à jour des indications, des caractéristiques techniques et des conditions de prise en charge de ces implants.

Ce rapport décrit les résultats de l'évaluation des actes de pose, ajustement, repositionnement et ablation, de ballonnet chez la femme pour traiter l'incontinence urinaire d'effort. Cette évaluation a été demandée par l’Association Française d’Urologie (AFU).

Ce rapport a pour objectif d’évaluer l’efficacité et la sécurité de la mesure du contenu vésical par technique ultrasonique portable et de préciser les bénéfices attendus pouvant résulter de l’introduction de la technique en pratique clinique.

Ce rapport concerne l’évaluation des techniques de pose de bandelette synthétique de soutènement sousurétral, par voie rétropubienne et transobturatrice, notamment par comparaison à la chirurgie classique de l’incontinence urinaire d’effort (IUE) féminine.

Évaluation des technologies de santé  - Mis en ligne le 22/11/2006

Les objectifs de cette évaluation technologique concernant les implants utilisés dans le traitement chirurgical des prolapsus génitaux par voie vaginale sont de recenser les différentes techniques utilisées, d’évaluer leur efficacité et leur sécurité et si nécessaire, d’identifier les données manquant pour leur validation.

Techniques chirurgicales

L'anastomose tubo-tubaire est une intervention qui permet de rétablir une fertilité chez des femmes ayant eu une ligature des trompes qui ont un désir de grossesse. Ce rapport décrit les modalités de réalisation de cet acte et en évalue la balance bénéfice / risque.

Ce rapport concerne la myomectomie par voie vaginale. Cet abord s'adresse traitement chirurgical de (s) fibrome(s) interstitiel(s) et /ou sous muqueux avec un désir de traitement conservateur. Il consiste en une extraction des myomes au travers d'une incision antérieure ou postérieure vaginale. Ce rapport évalue le bénéfice risque de la technique et sa place par rapport aux techniques de référence myomectomies par laparotomie ou par cœlioscopie.

Le syndrome des ovaires polykystiques est une maladie endocrinienne de la femme jeune qui est à l'origine d'une infertilité par anovulation. La multiperforation ovarienne est une des modalités de prise en charge de seconde intention de l'hypofertilité des syndromes des ovaires polykystiques ayant résisté au citrate de clomiphène.

Ce rapport évalue les modalités de réalisation de cet acte, sa balance bénéfice/risque et sa place dans la stratégie de prise en charge.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Procréation médicalement assistée

La fécondation in vitro avec micromanipulation (ou IntraCytoplasmic Sperm Injection : ICSI) est une des techniques d’assistance médicale à la procréation (AMP). La Haute Autorité de santé (HAS) a actualisé les indications et évalué les risques de l’ICSI pour la descendance.

La recherche par biologie moléculaire des microdélétions du chromosome Y est proposée dans le cadre de l’exploration d’une infertilité masculine majeure ou au cours d’une procédure d’Assistance médicale à la procréation (AMP). À la demande de la Société d’andrologie de langue française (Salf), le service attendu de cet acte a été évalué par la Haute Autorité de santé, qui a rendu un avis en fonction de son intérêt diagnostique quant à l'inscription de cet acte sur la liste des actes de biologie médicale pris en charge par l’Assurance maladie (Nomenclature des actes de biologie médicale : NABM).

L’acte « Détection qualitative de l’ARN du VHC dans le plasma séminal et la fraction intermédiaire ou finale des spermatozoïdes » a pour objet la détection des ARN du virus de l’hépatite C (VHC) par biologie moléculaire au sein du plasma séminal et des spermatozoïdes. La HAS a évalué cet acte dans le cadre de la prise en charge du désir d’enfant d’un couple présentant des troubles de la fertilité et dont l’homme est infecté par le VHC.

L’acte « Analyse informatisée de la cinétique des spermatozoïdes » ou test CASA (Computer Assisted Sperm Analysis) a pour objet l’analyse informatisée de la trajectoire des spermatozoïdes in vitro. La HAS a évalué la validité de cet acte dans le cadre de l’exploration d’une infertilité masculine avant et au cours d’une procédure d’assistance médicale à la procréation (AMP).

Les actes « Détection qualitative et quantitative de l’ARN VIH-1 et VIH-2 dans le plasma séminal et/ou la fraction finale des spermatozoïdes » et « Détection qualitative de l’ADN proviral du VIH-1 et du VIH 2 dans la fraction finale des spermatozoïdes » ont pour objet la détection du génome viral VIH par biologie moléculaire dans le sperme. La HAS a évalué ces actes dans le cadre de la prise en charge du désir d’enfant par assistance médicale à la procréation (AMP) lorsque le père est infecté par le VIH.