• Sylvie Mesrine

CIRC: la contraception orale a permis de prévenir 1500 cancers en France en 2015

Mis à jour : 14 déc 2019


Plus précisément, l’utilisation actuelle de contraception orale a entraîné la survenue de près de 600 nouveaux cas de cancers du sein et du col de l’utérus en France, en 2015, chez les femmes âgées de 30 à 49 ans, et l’utilisation actuelle et passée de contraception orale a permis de prévenir plus de 2400 nouveaux cas de cancer de l’ovaire et de l’endomètre, chez les femmes âgées de 30 ans et plus.

Une estimation dont la méthodologie est détaillée dans une monographie du Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l'OMS parue fin 2018, " Les cancers attribuables au mode de vie et à l’environnement en France métropolitaine " . Étrangement, la communication retenue dans les médias a surtout été celle des 600 cas de cancers favorisés par la prise de pilule, aussi parce que le résumé de la monographe ne cite que les 0.6 % de cancers attribuables aux hormones ( contraceptifs oraux et traitement de la ménopause)), sans rappeler les cancers prévenus).

L'ensemble de la monographie est passionnant, le but était de déterminer le nombre de nouveaux cas de cancer attribuables aux facteurs liés au mode de vie et à l’environnement en France en 2015 parmi les adultes de 30 ans et plus. Le CIRC estime qu'environ 40% des nouveaux cas de cancers sont attribuables à ces facteurs, la moitié étant attribuable au tabac.

Quatre extraits de cette monographie, qui résument certains résultats:

Figure 1. Nombre de nouveaux cas de cancer attribuables aux facteurs liés au mode de vie et à l’environnement en France en 2015 parmi les adultes de 30 ans et plus: tabagisme et alcool en tête sur la figure 1, et le résultat sur la figure 2: l'explosion annoncée depuis des décennies du nombre de cancers du poumon, dont la mortalité est en passe e dépasser celle du cancer du sein

La balance entre cancers causés et évités par la prise de pilule:

Et cinq fois plus de nouveaux cancers chez la femme que chez l'homme attribuables à un niveau insuffisant d'activité physique, à cause de l'augmentation de risque des cancers du sein postè-ménopausiques et des cancers de l'endomètre

#CollègeGynécologieCentreValdeLoire #nutrition #cancerdelovaire #traitementhormonaldeménopause #cancer #contraception #activitéphysique #cancerducol #cancerdusein #alimentation #rapport